Rébecca Pinos

          Faïences engobées noir, blanc ou rouge, graffitées ou peintes, vernis de terre sigillée, enfumage

Ce sera l’argile, ce chemin ou chaque cycle créatif permet de rencontrer successivement la terre matière première, l’eau pour le façonnage, puis le feu pour la cuisson.

        Une année d’apprentissage du tournage en Puisaye m’a donné le goût du bel utilitaire, l’amour du travail artisanal et l’envie du perfectionnement des gestes. Une quête de savoir qui continue (2017-2018, je suis en formation à la maison de la Céramique de Dieulefit dans la Drôme) et m’amène à glaner des connaissances dans les nombreux ateliers qui m’accueillent.

         Le travail de la terre est aussi celle des origines : je suis irrémédiablement attirée par la Catalogne, de la céramique noire aux faïences de la Bisbal. De ces errances persiste le goût de la musique et du dessin, qui donne la recherche de l’harmonie, du décor. Un écho tactile à l’apparition d’une forme la plus simple, la plus élégante possible pour l’accueillir. Les pratiques qui m’attirent sont celles ancestrales de la sigillée et de l’enfumage. Mes motifs sont contagieux, organiques.